Le "super visa" à la rescousse du regroupement familial au Québec

Publié le par Georges Mosser

Le 1er décembre, la création du "super visa" permettra aux parents et grands-parents français désireux de rejoindre leurs enfants immigrés au Québec, de séjourner plus facilement.

Il s’agit d’un visa de 24 mois renouvelable pendant une période de 10 ans et permettant des entrées et sorties multiples du territoire. L’amélioration est notable sous deux aspects : la situation est légalisée pour les parents résidant au Québec en attente de leur visa de résident permanent, les démarches administratives sont singulièrement simplifiées et les frais sont réduits en conséquence. Néanmoins, le « super visa » demeure un visa du type visiteur et il ne donnera aucun droit pour bénéficier des assurances maladie de la RAMQ. Les parents seront donc tenus de s’assurer individuellement et à leurs frais par exemple auprès de la Caisse des Français de l’Étranger. Un certificat délivré par l’assureur CFE  devra être fourni à l’administration.

En mai 2009 Accueil Français de Québec (AFQ) a été interpelée par plusieurs familles ne pouvant obtenir de l’administration fédérale de renseignements sur l’état d’avancement de leur dossier. Les informations nous ont été données en septembre 2010 par le BIQ lors d’une visite à Paris : les délais atteignaient alors sept années, délais qui ne pouvaient que s’allonger puisque le CIC recevait environ 30 000 demandes par an et n’était en mesure d’en traiter que 10 000. D’où des attentes excessives pour des familles qui n’avaient pas été averties de la situation et qui pour certaines résidaient déjà au Québec avec un simple statut de visiteur renouvelable tous les six mois : une situation précaire et particulièrement anxiogène.

Nous avions rédigé un mémoire en présentant nos arguments en faveur du regroupement des familles françaises. Nous avions proposé trois pistes qui permettaient de conforter et de pérenniser l’immigration française au Québec : les parents apportant un soutien matériel à leurs enfants, une aide pour l’éducation de leurs petits-enfants, un investissement dans le pays d’accueil, etc…  Soit par :

- la création d’une catégorie dite de « soutien familial »

- la création d’une sous-catégorie dite des « parents autonomes »

- l’aménagement du « statut de visiteur »

 

La politique globale de multiculturalisme du Canada ne l’autorisant pas à favoriser une catégorie plus qu’une autre c’est finalement la troisième proposition, plus universelle, qui a été mise en œuvre avec l’instauration des « super visas »

Néanmoins, pour traiter les dossiers en retard stockés à Mississauga, il ne sera reçu aucune nouvelle demande pendant une période de deux ans.

N’hésitez pas à nous poser vos questions : afq@afquebec.ca

Publié dans Québec

Commenter cet article